Chants, danses et Coran: en Ethiopie, la ville d'Harar célèbre Shuwalid, festival séculaire

5437685854_d630fceaff_b-

Des jeunes femmes vêtues d'habits traditionnels défilent lors de la célébration du festival de Shuwalid à Harar, le 16 avril 2024. Shuwalid est une fête annuelle célébrée par le peuple Harari d'Éthiopie et qui marque la fin de six jours de jeûne pour compenser les omissions pendant le Ramadan. Fondée au Xe siècle, Harar - également appelée Jugol - est réputée être l'une des plus anciennes villes d'Afrique de l'Est. (Photo de Michele Spatari / AFP)

1
Partager :

 

Psalmodiant des sourates au rythme obsédant des tambours, hommes, femmes et enfants dansent en tapant des mains. Les habitants d'Harar, ville fortifiée d'Ethiopie figée dans le temps, célèbrent Shuwalid, fête gardienne des traditions séculaires toujours vivantes de cette petite communauté.

Shuwalid - "fête de Shuwal", mois du calendrier musulman succédant à celui de Ramadan - marque la fin de six jours supplémentaires de jeûne observés par les musulmans qui le veulent à l'issue du mois sacré.

Mardi soir, les placettes autour des deux sanctuaires au centre des festivités, à l'intérieur des murailles qui enserrent la vieille ville depuis le XVIe siècle, étaient noires de monde pour le premier Shuwalid depuis son inscription fin 2023 au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'Unesco.

Sur la scène dressée sur chacune des deux placettes, des membres des mosquées, vêtus de blanc, scandent joyeusement en choeur les sourates.

Exaltés par le khat, plante euphorisante consommée dans la Corne de l'Afrique dont ils mâchent les feuilles depuis le coucher du soleil, ils commencent à balancer en rythme le haut du corps. Plusieurs se lèvent et dansent.

Au pied de la scène, une partie de la foule reprend les chants, certains accompagnent le rythme du tambour en entrechoquant des plaquettes de bois. Des groupes de femmes dansent.

Recherche de fiancé 

Les Harari se revendiquent du soufisme, courant mystique de l'islam qui se veut une voie spirituelle vers Dieu. Les soufis pratiquent le Dikir, répétitions des passages du Coran psalmodiées et dansées, ainsi que des chants à la gloire du prophète.

"Shuwalid fait partie de nos traditions", sourit Aïcha Abdurahman, institutrice de 19 ans dont les mains sont décorées au henné, qui aime revêtir les habits traditionnels, "les chants, les danses". "Cela permet aussi de nous voir", notamment les Harari vivant hors de la ville: "Les gens viennent de partout".

"Cette année, Shuwalid est spécial, c'est le premier depuis son inscription par l'Unesco. Cela nous rend très heureux et très fiers", dit-elle.

Les femmes attirent particulièrement les regards avec leurs tuniques et voiles brodés de couleurs ou de brillants, le front ceint de parures étincelantes.

Les jeunes ont apporté un soin particulier à leur apparence. Car la tradition veut que Shuwalid soit aussi l'occasion de repérer et faire connaissance avec un(e) possible fiancé(e).

"Cela remonte au temps où jeunes garçons et filles étaient strictement séparés. Aujourd'hui, ils se connaissent déjà, mais la tradition perdure", explique Abdul Ahmed, guide et fin connaisseur de l'histoire de la ville et de ses traditions.

"Ce soir, on va chercher un fiancé, souhaitez-nous bonne chance", rigole Iman Mohamed, 20 ans, accompagnée de sa copine Gizman Abdulaziz du même âge: "Shuwalid, c'est le moment où garçons et filles font connaissance, c'est une opportunité une fois dans l'année. C'est pour cela qu'on s'est faite belle".

 82 mosquées 

Quelques heures avant, des habitants de Harar Jugol - nom de la partie fortifiée de la ville d'Harar qui s'étend désormais au-delà des murailles - s'affairaient aussi à raviver de couleurs pastel certains murs chaulés de ses 368 étroites ruelles.

Située à 500 km à l'est de la capitale Addis Abeba, Harar Jugol est elle-même listée au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Outre ses 82 mosquées - dont trois du Xe siècle - et ses 102 sanctuaires sur moins d'un demi kilomètre carré, elle est le témoin préservé de traditions urbanistiques africaines et islamiques.

On y trouve encore de nombreuses maisons traditionnelles harari dont "la conception intérieure est exceptionnelle", note l'Unesco. Elles sont constituées d'une seule pièce en escalier de deux ou trois larges marches, les plus âgés s'installant sur la partie la plus haute. Une mezzanine sert de couchage.

Capitale d'un royaume au XVIe siècle, puis émirat indépendant, longtemps carrefour commercial, Harar n'a été intégrée à l'Ethiopie qu'en 1887.

La vieille ville a peu changé au cours de son histoire. A la fin du XIXe siècle, des commerçants indiens ont bâti des demeures à véranda de bois venues s'ajouter à l'identité urbaine de la vieille ville.

Les Harari - une infime minorité des quelque 120 millions d'Ethiopiens - ont su maintenir leurs traditions et "l'organisation des communautés sur la base de systèmes traditionnels leur a permis de préserver leur héritage social et matériel, et notamment la langue harari", souligne l'Unesco.

Portées par le khat, les célébrations ont continué toute la nuit et dans la matinée. (AFP)