Enchères de livres de Senghor en France ''suspendues'' pour des ''négociations'' avec Dakar qui entend les récupérer

5437685854_d630fceaff_b-

Léopold Sédar Senghor (à gauche) et Aimé Césaire, anticolonialiste résolu, fondateur et représentant majeur du mouvement littéraire de la négritude — avec Léopold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas

1
Partager :

 

Une vente aux enchères de livres ayant appartenu à l'ancien président sénégalais Léopold Sedar Senghor, prévue mardi à Caen, a été "suspendue" en raison de négociations avec le Sénégal, qui envisage d'acquérir "l'ensemble de la bibliothèque", apprend-on auprès des organisateurs.

"La vente a été suspendue parce que l'Etat sénégalais souhaite engager des négociations avec notre hôtel des ventes et avec l'héritier pour acheter l'ensemble de la bibliothèque", a déclaré lundi à l'AFP Me Jean Rivola, commissaire-priseur à l'hôtel des ventes de Caen.

Le directeur du Patrimoine culturel sénégalais Oumar Badiane a confirmé que les nouvelles autorités sénégalaises "s'étaient saisies de l'affaire".

L'ambassadeur du Sénégal en France, El Hadji Magatte Seye, a indiqué avoir "depuis quelques jours (...) engagé – sur instruction du nouveau président de la République du Sénégal – des discussions avec le commissaire-priseur pour aboutir à la suspension de la vente et trouver un accord pour une vente de gré à gré".

"Nous espérons vivement que nous allons aboutir à un accord très rapidement pour rapatrier les œuvres au Sénégal", a-t-il ajouté.

En outre, "l’Etat du Sénégal a décidé de créer un musée Senghor, pour tout ce que le président a représenté: premier président du Sénégal, père fondateur de la nation du Sénégal, homme de culture et homme d’une dimension mondiale, qui est en lui-même un symbole de trait d’union universel entre les peuples".

Plusieurs universitaires du pays avaient pressé dans un communiqué leur gouvernement de se porter acquéreur des ouvrages afin de "préserver" et "valoriser" ce patrimoine.

Il s’agit de quelque 400 lots de la bibliothèque que Senghor possédait à son domicile parisien du square de Tocqueville sont en jeu, rapporte le site sénégamais Puls. « L'émoi est grand parmi les amis et admirateurs du chantre de la négritude. Le bouche à oreille bat son plein. Les appels se multiplient sur les réseaux sociaux pour demander aux autorités de Dakar d'intervenir. À 97 ans, Henri Senghor, fidèle épigone de son oncle, qui a représenté son pays aux quatre coins de la planète au cours de sa carrière de diplomate, tente de trouver des solutions. Tout comme le Cercle Richelieu Senghor et Gérard Bosio, proche collaborateur du président poète, qui fait tout son possible pour entretenir la mémoire du défunt.

Léopold Sédar Senghor possédait plusieurs très belles bibliothèques. Selon Gérard Bosio, le fonds aujourd'hui au cœur de l'actualité « compte beaucoup d'ouvrages rares, reliés par les soins du président et dédicacés par leurs auteurs ».ENT

Parmi eux, nombre d'essais sur la négritude, notamment le « Discours sur le colonialisme » de son vieil ami Aimé Césaire ; des livres signés d'écrivains africains ou haïtiens dont quelques-uns de l'ethnologue et diplomate Jean Price-Mars ; des recueils de poésie française, dont un envoyé par Louis Aragon, et d'autres d'auteurs latins ou britanniques. L'agrégé de grammaire française Senghor était un latiniste distingué, mais aussi un traducteur de poésie anglaise.

La bibliothèque mise aux enchères est constituée de 343 volumes avec chacun la dédicace de leur auteur, pour la plupart "tombés dans l'oubli", selon Me Rivola, spécialiste des livres anciens, des manuscrits et de l'orfèvrerie.

"L'intérêt de cette bibliothèque, c'est qu'elle permet de voir quelles étaient les affinités intellectuelles de Léopold Senghor, les écrivains avec lesquels il échangeait entre les années 1940 et 1970", a-t-il estimé, jugeant que cela donne "une photographie des personnalités qui gravitaient autour de M. Senghor et son œuvre dans l'immédiat après-guerre".

Selon le catalogue de la vente, ils sont pour la plupart reliés.

Poète et écrivain, Léopold Sédar Senghor a été un chantre de la Négritude, un mouvement pour la défense des valeurs culturelles du monde noir qu'il a fondé dans les années 1930 avec le Martiniquais Aimé Césaire et le Guyanais Léon Gontran Damas.

Il est décédé en 2001 à Verson, en Normandie, à l'âge de 95 ans. (Quid avec AFP)