Salon maghrébin du Livre: Hommage posthume à feue Amina El Louh, pionnière de la littérature marocaine moderne

5437685854_d630fceaff_b-

Née en 1926 dans le village de Tabghani de la tribu de Bakioua à Al Hoceima, Amina El Louh a grandi dans la ville de Tétouan, où elle a fait ses études primaires et secondaires avant de rejoindre la faculté des lettres de l’Université de Madrid

1
Partager :

Oujda - Une cérémonie d’hommage posthume à l’écrivaine, Amina El Louh (1926-2015), pionnière de la littérature marocaine moderne, a été organisée, vendredi soir à Oujda, dans le cadre de la 4ème édition du Salon maghrébin du livre "Lettres du Maghreb".

Lors de cette cérémonie, en présence du président du Salon maghrébin du livre, Mohamed Mbarki et du président du Conseil de la communauté marocaine à l’Etranger (CCME), Driss El Yazami,.

S’exprimant à cette occasion, Najat Lamrini, professeur émérite à l’Université Mohammed V de Rabat, a mis en exergue le caractère humanitaire et solidaire de feue Amina El Louh qui, après sa retraite, a consacré sa vie à des œuvres caritatives.

Connue par l’honnêteté et la loyauté en paroles et en actes, Amina El Louh était une éducatrice accomplie, une enseignante performante et une chercheuse passionnée, puisqu’elle a été la première femme à occuper le poste de Directrice de la Maison de l’enseignant à Tétouan, a-t-elle relevé.

"La présence aujourd’hui de la femme marocaine dans les champs politique et culturel est honorable et brillante, et ce grâce à la lutte de femmes engagées comme professeur Amina El Louh", a ajouté Mme Lamrini.

Pour sa part, la présidente de la Fondation Mohamed Daoud pour l’histoire et la culture à Tétouan, Hasnaâ Mohamed Daoud, a exprimé sa fierté de prendre part à cette cérémonie qui rend un hommage posthume à l’écrivaine Amina El Louh, considérée comme une pionnière de l’enseignement, de l’éducation et de la culture au Maroc.

Elle s’est également arrêtée sur le parcours de la défunte écrivaine dans le domaine du journalisme et des médias, ainsi que ses nombreuses publications dans divers genres littéraires.

Née en 1926 dans le village de Tabghani de la tribu de Bakioua à Al Hoceima, Amina El Louh a grandi dans la ville de Tétouan, où elle a fait ses études primaires et secondaires avant de rejoindre la faculté des lettres de l’Université de Madrid, où elle a obtenu une licence en 1957. Elle était la première femme marocaine à recevoir ce prestigieux diplôme de cette université, avant d’obtenir un doctorat d’État en littérature avec distinction en 1978.

Amina El Louh était connue pour sa contribution remarquable au domaine du journalisme radio, notamment avec les programmes "Thursday Talk" et "Tetouan Girl Talking to You" sur la radio régionale de Dersa-Tétouan au début des années 1950.

Elle a intégré le domaine du journalisme écrit, où elle a travaillé dans plusieurs magazines et a également participé, en tant que membre de la délégation féminine, à la conférence de l’Union des femmes arabes qui s’est tenue à Damas en 1959, première conférence internationale de femmes à laquelle des Marocaines ont participé en dehors du Maroc.

Elle a été l’une des premières femmes à recevoir le prix marocain de littérature en 1954 pour son livre "La reine Khanatha, consort de Moulay Ismail".