Série : Dar nsa, quand la télévision marocaine veut !

5437685854_d630fceaff_b-

Dans une conjoncture où des milieux hermétiques travaillent dans l’imposture et d’arrache-pied à la crispation de la société, Dar Nsa se présente comme un acte de défi à ceux qui voudraient perpétuer, au vu et au su de tous, leur mantra tartuffien : Loin des yeux, loin de la réflexion.

1
Partager :

Par Sofia El Aouni (MAP avec Quid)

La série ramadanesque "Dar nsa" a pu subjuguer l’attention des téléspectateurs par l’audace de son scénario et son esthétique empreinte du riche patrimoine marocain, tout en mettant en lumière le talent de ses acteurs. Elle a tout suscité, sauf l’indifférence.

Dans une interview à la MAP, la comédienne et professeure d’art Nora Skalli aborde les choix esthétiques de cette œuvre visuelle et s’attarde sur la notion de "Tamaghrabit" dans l’art ainsi que sur la subtilité du jeu des acteurs de la série. Mais il n’y a pas que ça dans la série, il y a surtout les thématiques sociales et sociétales que la série a frontalement abordées. La polémique a porté, coté Tanger, sur l’usage de l’accent du nord, mais c’est vraiment s’attarder à un détail, en oubliant tout l’effort fourni par les acteurs dont ce n’était pas l’accent natal. Mais là où le dé-bât blesse c’est quand des recroquevillés y ont vu une provocation et une ‘’atteinte aux valeurs ancestrales’’ préférant au traitement des maux dont souffre la société marocaine, leur occultation.

L’équipe qui a pensé, scénarisé et mis en scène Dar Nsa, habituée aux thèmes que certains qualifient d’osés, d’autres d’audacieux, n’en est à sa première. Dans une conjoncture où des milieux hermétiques travaillent dans l’imposture et d’arrache-pied à la crispation de la société, Dar Nsa se présente comme un acte de défi à ceux qui voudrait perpétuer au vu et au su de tous leur mantra tartuffien : Loin des yeux, loin de la réflexion. 

Sans préjuger négativement ou positivement de sa qualité scénique, Dar Nsa, bien plus qu’une série, est une dénonciation en filigrane des attitudes d'indifférence ou de négligence. La série est un appel militant à une prise de conscience et à une réflexion plus profondes sur des sujets ou des problèmes qui sont généralement "loin des yeux" du grand public, remettant ainsi en question la tendance à ignorer ce qui n'est pas directement à la surface.

Mais pas seulement. L’œuvre audiovisuelle donné à voir des modes et des styles de vie dans une région qui s’est longtemps considérée, à raison, comme délaissée. Sous la direction artistique de Samia Akariou, l’équipe de la série a consciemment choisi, raconte Nora Skali, de donner une place prépondérante à l’artisanat local de la région du nord du Maroc, que ce soit à travers les costumes traditionnels ou les décors inspirés du riche patrimoine marocain.

Cette volonté est ancrée dans la démarche artistique de l’équipe, depuis ses débuts au sein de la troupe théâtrale jusqu’à ses productions antérieures telles que la série culte "Bnat lalla manana", qui avait mis en avant la culture “chamali”, y compris son accent distinct, de manière emblématique.

Ce même accent "chamali" qui singularise la région est un élément central qui a été adopté, à divers degrés, par les acteurs, même ceux n’étant pas originaires du nord du Maroc.

Cette adaptation témoigne d’une volonté artistique de préserver et de célébrer la diversité linguistique du Maroc à travers le médium télévisuel.

Elle confère à l’accent “chamali” une musicalité linguistique qui trouve toujours un accueil chaleureux lorsqu’il est repris à l’écran.

Mais bien plus, l’actrice ne considère que le “Tamaghrabit” est un garde-fou contre l’uniformisation culturelle mondiale. C’est une revendication haut et fort de l’authenticité marocaine. C’est un concept qui préserve cette authenticité face à une mondialisation effrénée.

"Dar Nsa" revendique cette notion en mettant en avant, ajoute-t-elle, une esthétique vestimentaire traditionnelle et élégante, s’éloignant des tendances vestimentaires contemporaines plus décontractées, afin de refléter au mieux l’identité culturelle marocaine au quotidien.

Cette revendication esthétique a été portée par Samia Akariou, qui a tenu à créer un décor inspiré du savoir ancestral marocain.

Y a-t-t-il un soupçon de légèreté dans le jeu des acteurs ? Oui répond Nora Skali pour qui cette légèreté est une subtilité apportée à la narration de cette fiction dans le but d’alléger l’aspect dramatique du scénario, ainsi que la densité psychologique des personnages.