Drame de Mélilia: prison ferme pour un groupe de migrants au Maroc (avocat)

5437685854_d630fceaff_b-

Les personnes en situation irrégulière étaient poursuivies pour "entrée illégale sur le sol marocain", "violence contre agents de la force publique", "attroupement armé" et "refus d'obtempérer".

1
Partager :

 

La justice a condamné mardi 33 migrants africains à 11 mois de prison ferme chacun pour "entrée illégale" au Maroc, après une tentative meurtrière d'entrée dans la ville occupée de Mélilia fin juin, a-t-on appris auprès de la défense.

"Le tribunal de première instance de Nador a condamné aujourd'hui l'ensemble des (33) migrants à onze mois de prison ferme chacun", a déclaré leur avocat Khalid Ameza.

"C'est un jugement très sévère au regard des éléments du dossier et des circonstances des faits", a souligné l'avocat, faisant part de son intention de faire appel.

"Nous espérons que la cour d'appel rectifiera ce jugement sévère", a réagi l'Association marocaine des droits de l'Homme (AMDH) (extrême gauche) de Nador.

Ces 33 personnes en situation irrégulière étaient poursuivies pour "entrée illégale sur le sol marocain", "violence contre agents de la force publique", "attroupement armé" et "refus d'obtempérer".

Le procès d'un deuxième groupe de 29 clandestins -- dont un mineur --, qui s'est ouvert le 13 juillet, a été ajourné, lui, au 27 juillet, également devant un tribunal de Nador.

Ce deuxième groupe est en outre poursuivi pour "participation à une bande criminelle en vue d'organiser et faciliter l'immigration clandestine à l'étranger".

Les 62 inculpés faisaient partie de près de 2.000 migrants, en majorité des Soudanais, qui ont tenté de pénétrer par la force le 24 juin dans la cité autonome espagnole de Mélilia, située en territoire marocain.

Le drame a fait 23 morts parmi les migrants, et 140 blessés dont 5 grièvement parmi les forces de l’ordre, selon les autorités marocaines.

Une mission d'information du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) a conclu la semaine dernière à la mort "par asphyxie" des migrants ayant péri lors de la tentative de passage à Melilla, mettant hors de cause les forces de l'ordre. Selon les témoignages recueillis par les enquêteurs du CNDH auprès des migrants et des témoins oculaires, à aucun miment les forces de l’ordre n’ont fait usage de leurs armes à feu.