Accor envisage de fermer deux tiers de ses hôtels dans le monde à cause de coronavirus

5437685854_d630fceaff_b-
380
Partager :

Paris - Le groupe hôtelier Accor, qui compte plusieurs enseignes au Maroc, a annoncé jeudi qu'il envisage de fermer "les deux tiers" de ses hôtels dans le monde dans les prochaines semaines, en raison de l'impact de la pandémie du nouveau coronavirus sur les secteurs du tourisme et des voyages.

"A ce jour, plus de la moitié des hôtels sous enseigne Accor sont fermés, et deux tiers devraient l’être dans les semaines à venir", indique le leader hôtelier mondial dans un communiqué.

Ces fermetures s’inscrivent dans le cadre des mesures "drastiques" prises par le groupe pour l’ensemble de ses opérations face à la dégradation "brutale" de l’environnement, sous l’effet de la pandémie du coronavirus, souligne-t-on.

Il s’agit de mesures "indispensables" pour atténuer l’impact sur les résultats et la liquidité du groupe, et préparer le rebond d’après crise, explique le communiqué.

Outre les mesures prises tout au début de la crise sanitaire mondiale en février, le groupe a décidé de mettre en place de nouvelles "actions fortes", en l’occurrence l’interdiction de voyager, le gel des embauches, le chômage partiel ou technique concernant 75% des effectifs des sièges dans le monde au deuxième trimestre et la revue des investissements récurrents prévus pour 2020.

Dans cette période sans précédent, le conseil d’administration de Accor a décidé de retirer sa proposition de paiement du dividende au titre de 2019 de l’ordre de 280 millions d’euros, note le communiqué.

Accord, le sixième hôtelier mondial avec des enseignes comme Ibis, Sofitel, Novotel et Mercure, a décidé en outre d’"allouer 25% du dividende prévu, soit 70 millions d'euros" à un fonds destiné à ses 300.000 salariés et collaborateurs sous enseignes du Groupe dans le monde, en prenant en charge les frais d’hospitalisation liés au Covid-19 des collaborateurs ne bénéficiant pas d’une couverture sociale, aux collaborateurs en grande difficulté financière suite à des mesures de chômage technique et aux partenaires individuels en grande difficulté financière.

Pour le groupe, la "seule bonne nouvelle dans cet environnement concerne le marché hôtelier chinois, avec une reprise progressive des taux d’occupation et de l’activité de restauration".

Selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), la mise en place inédite de restrictions sur les voyages partout dans le monde en raison de la propagation du Covid-19 entraînerait une baisse de 20 % à 30 % des arrivées de touristes internationaux en 2020 par rapport aux chiffres de 2019.