Mohamed VI révolutionne les mécanismes du protocole au Maroc (Atalayar)

5437685854_d630fceaff_b-

Photo de l’iftar offert par le Roi Mohammed VI en l'honneur de M. Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol

1
Partager :

Dans Un article de Pedro Canales en date du 5 avril 2022, le média espagnol Atalayar analysait avant sa survenue la visite du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et son accueil par le Roi Mohammed VI. Il y voit une rupture royale ‘’avec la tradition en initiant un dialogue au plus haut niveau entre le Maroc et l'Espagne’’ et, citant des milieux politiques et diplomatiques, il précise qu’il ‘’appartient maintenant au chef du gouvernement espagnol de profiter de l'occasion pour apporter à la rencontre avec le souverain alaouite des idées concrètes qui permettront d'établir un lien irréversible’’

En prenant le contrôle direct du conflit hispano-marocain et en invitant le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez à un iftar (dîner du Ramadan), le roi Mohammed VI a modifié le protocole traditionnel du système de pouvoir makhzénien. Ce n'est pas la première fois qu'il le fait. Il l'a déjà tenté avec l'Algérie, en invitant à la création d'une commission mixte pour régler les différends en novembre 2018, puis en approchant directement le président algérien Abdelmadjid Tebboune pour une rencontre " sans conditions préalables " en juillet 2021. Mais la main tendue à l'Algérie n'a pas abouti. 

Cette fois, le roi du Maroc a pris le téléphone pour parler au président espagnol et l'inviter à se rendre au Maroc. Il s'agit certainement d'un geste qui doit encore se concrétiser par des mesures et des actions conjointes, mais symboliquement, il revêt une grande importance pour la structure du pouvoir dans le royaume alaouite.

Mohammed VI a rompu avec la tradition en initiant un dialogue au plus haut niveau entre le Maroc et l'Espagne. L'annulation de la visite que devait effectuer le ministre des Affaires étrangères José Manuel Albares pour travailler avec son homologue marocain Nasser Bourita à l'élaboration de la feuille de route de la future réunion de haut niveau (RAN) entre les deux gouvernements, comme l'exigeait jusqu'à présent le protocole diplomatique, a été décidée par le Palais royal, qui souhaite prendre en main l'agenda des relations politiques et stratégiques avec le gouvernement espagnol. Mohammed VI a décidé de se passer d'intermédiaires et de discuter face à face avec le président Sánchez des grandes lignes de l'avenir commun. Dans son discours d'août 2021, le souverain alaouite a qualifié cette étape d'"étape sans précédent dans les relations bilatérales". 

Selon les milieux politiques et diplomatiques marocains consultés par Atalayar, il appartient maintenant au chef du gouvernement espagnol de profiter de l'occasion pour apporter à la rencontre avec le souverain alaouite des idées concrètes qui permettront d'établir un lien irréversible entre le gouvernement espagnol et l'entourage direct du roi du Maroc, afin d'aborder et de décider des problèmes transcendantaux qui intéressent les deux pays.