Mezouar : « Le Maroc exige le respect et la France n’est pas la conscience du monde »

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-mezouar Le ministre s?est exprim? sur l??tat des relations franco-marocaines ? travers une interview accord?e au journal Le Monde. Apr?s une ann?e plut?t mouvement?e pour les relations franco-marocaines et suite ? la reprise de la coop?ration judiciaire entre le Maroc et la France, qui semble sugg?rer un apaisement des tensions, le ministre des Affaires ?trang?res, Salahedine Mezouar a accord? un entretien au quotidien fran?ais Le Monde. Au menu, entres autres, les raisons du r?tablissement de la coop?ration entre les deux justices et les explications sur la crise de confiance entre les deux pays. Mezouar a commenc? par s?exprimer sur ce qui a pouss? le Maroc et la France ? r?tablir leur coop?ration judiciaire. Pour le ministre cette reprise intervient ? la suite d?un long processus de travail?et de discussion mais ?galement parce que, explique-t-il, ??du c?t? fran?ais, on a aussi pris conscience qu?il ne s?agissait pas d?une saute d?humeur du Maroc mais d?une exigence li?e ? une demande de respect?: de nos institutions, de notre cadre judiciaire, de nos engagements mutuels. Certains ?v?nements ont touch? ? la cr?dibilit? de la justice marocaine et ? celle des responsables marocains. Il y avait donc un probl?me qu?il fallait r?gler?? avance-t-il avant d?ajouter que ??notre cadre de coop?ration juridique avait besoin d??tre mis ? jour??. Le ministre est ?galement revenu sur l??v?nement ? l?origine de la crise entre le Maroc et la France, soit la convocation de Abdellatif Hammouchi par un juge fran?ais remise par des agents de police ? la r?sidence de l?ambassadeur du Maroc. Pour Mezouar, qui consid?re cet incident comme d?clencheur, cette convocation ?tait inconvenante et faisait fi de toutes les convenances diplomatiques. ?Il n?est pas acceptable que la justice fran?aise soit utilis?e pour porter atteinte ? d?autres? a ainsi soulign? le ministre pr?cisant au passage que ??le Maroc exige le respect, la consid?ration. Il ne demande ni l?immunit? ni l?impunit??. L?entretien s?est par la suite tourn? vers la crise de confiance qui a caract?ris? les relations entre les deux nations depuis la date de l?incident. Mezouar estime pour sa part que seul ??l??preuve des faits?? r?tablira la confiance entre le Maroc et la France qui est, pour lui, fondamentale surtout quand la relation entre les deux pays est forte. R?pondant ? une question sugg?rant que cette crise avait pour origine la coop?ration renforc?e de la France avec l?Alg?rie, le ministre a d?clar? que ??le Maroc n?a aucun probl?me avec le fait que la France renforce sa relation avec l?Alg?rie. La France est libre de nouer des relations avec qui elle veut??. Mezouar a quand m?me tenu a soulign? ?qu?effectivement l?Alg?rie a cherch? ? utiliser [cette crise] pour nuire au Maroc et la relation franco-marocaine? ce qui est inacceptable pour le ministre des Affaires ?trang?res. Au terme de l?entretien, Salahedine Mezouar est revenu sur les raisons qui l?ont pouss? ? ne pas participer ? la marche r?publicaine du 11 janvier. Le ministre a d?clar? refuser les amalgames et bien que le Maroc ait exprim? sa solidarit? avec la France par rejet des violences contre les innocents, il ajoute que ??le Maroc refuse aussi que l?on touche aux sensibilit?s??. Pour le ministre ??tout le monde connait la sensibilit? que repr?sente le Proph?te pour les musulmans?? et concernant la libert? d?expression, Mezouar estime que ?la libert? doit aussi respecter la libert? des autres et qu?il ne faut pas consid?rer sa libert? comme la seule v?rit?, la France n?est pas la conscience du monde?.

lire aussi