Stéphanie Williams soutient les efforts consentis dans le cadre du dialogue de Bouznika visant à résoudre la crise en Libye

5437685854_d630fceaff_b-

L’américaine Stephanie Turco Williams a été nommé en mas 2020 par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, envoyée spéciale par intérim en Libye, jusqu'à la nomination d'un successeur pour Ghassan Salamé, qui avait démissionné de ce poste. Diplomate de carrière spécialiste du Moyen Orient et parlant couramment l’arabe, Mme Williams dirigera également la Mission d'appui des Nations-Unies en Libye (MANUL) dans le cadre de laquelle elle a occupé jusqu’ici le poste de représentante spéciale

175
Partager :

L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye, Stéphanie Williams, a apporté son soutien aux efforts consentis dans le cadre du dialogue inter-libyen à Bouznika, au Maroc, visant à contribuer au succès du processus mené sous les auspices des Nations-Unies en vue de trouver une solution à la crise libyenne.

Mme. Williams a, ainsi, qualifié de "très bonne" sa visite au Maroc fin août dernier, notant qu'elle est en contact permanent avec le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l'Etranger, M. Nasser Bourita, ainsi qu'avec d'autres responsables du gouvernement marocain.

Évoquant la poursuite de ce dialogue, la responsable onusienne a souligné que les discussions ont porté essentiellement sur l'article 15 de l'accord politique libyen, relatif aux postes de souveraineté, tels que la Banque centrale, le chef de la Commission anti-corruption, le président de la Haute commission électorale, le Procureur général ou encore le président du Conseil de la magistrature.

Elle a rappelé que les entretiens à Bouznika entre les délégations du Haut Conseil d'État libyen et du Parlement de Tobrouk étaient principalement axés sur les compétences requises pour la désignation dans ces postes et que les discussions ne devraient pas évoquer de noms précis, notant que les recommandations seront ensuite soumises au Forum du dialogue politique libyen pour examen.

"D'après ce que j'ai compris de mes discussions avec des responsables marocains, il y a une volonté de réunir les présidents du Haut Conseil d'État libyen Khaled Al Mechri et de la Chambre des représentants Aguila Saleh, pour approuver et signer ensemble l'accord conclu entre les deux délégations", a déclaré Mme Williams, exprimant son "soutien à cette initiative et à tous les efforts visant à assurer le succès du processus mené par les Nations-Unies, dans l'intérêt des deux parties libyennes".

lire aussi