Mawazine-2019 : Mohamed Assaf, la Palestine au cœur du festival

5437685854_d630fceaff_b-
336
Partager :

Le chanteur Mohamed Assaf, lundi ? Rabat, un message de r?sistance d?amour et de paix du peuple palestinien au reste du monde.

Rabat - La star montante de la chanson palestininenne Mohamed Assaf a r?gn? en ma?tre sur la sc?ne Nahda o? il a laiss? plan? un air musical arabo-palestinien. Il a ?t? l?artiste de la 4?me journ?e de la 18? ?dition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde.

Nomm? "le bien-aim? des Arabes", le laur?at de la 2?me saison de l'?mission musicale Arab Idol a r?duit les distances et rapproch? le public marocain, r?uni ? la sc?ne Nahda, de la Palestine, en chantant et citant la culture, les traditions ancestrales et les sites historiques de ce pays.?

Les festivaliers palestiniens, en nombre, ont cr?? une atmosph?re de symbiose avec Assaf, ? travers des chants et des danses accompagnant les rythmes riches du patrimoine orientale.

L'interaction remarquable avec les rythmes musicaux du chanteur palestinien ont donn? un ?clat et une particularit? joyeuse ? cette belle soir?e, qui retersa grav?e dans la m?moire de ses fans, venus nombreux pour appr?cier sa voix authentique et forte.

Gr?ce ? son interpr?tation ?blouissante et sa forte pr?sence sur sc?ne, Assaf a transport? le public dans un p?riple faisant escale, chaque fois, ? une p?riode de la musique arabe authentique, ? travers des paroles bien choisies et une musique raffin?e pour donner lieu ? un dialogue culturel entre l'Est et l'Ouest de la r?gion arabe.

? Lawine Brouh ?, ? Allouma ?, ? Makank Khali ?, ? Alla Lkoufia ?, ainsi que des chansons de George Wassouf, Assaf a chant? tous les registres et donn? libre court ? sa voix forte et unique, pour satisfaire tous les go?ts et r?pondre ? toutes les attentes du public.

N? en 1989 ? Misrata, Mohamed Assaf est connu pour ?tre le vainqueur de la 2?me saison d?Arab Idol en 2013. Avec plus de quatre albums ? son actif, il offre un r?pertoire variant chansons jabali et titres modernes. Il avait re?u le surnom d'"Asaroukh" (la fus?e) de la part du chanteur libanais Ragheb Alama.

Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses derni?res ?ditions, Mawazine est consid?r? comme le deuxi?me plus grand ?v?nement culturel au monde.

?