Une convergence de vues entre le Maroc et l'Arabie Saoudite sur les défis du monde arabe (ministre saoudien des AE)

5437685854_d630fceaff_b-

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le Prince Faisal bin Farhan Bin Abdellah Al-Saoud et son homologue marocain Nasser Bourita lors de la conférence de presse du 29 juillet 2020

401
Partager :

Rabat - Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le Prince Faisal bin Farhan Bin Abdellah Al-Saoud, a relevé, mercredi à Rabat, la convergence de vues qui existe entre le Maroc et l'Arabie Saoudite au sujet des défis qui guettent le monde arabe, en particulier les ingérences étrangères et le terrorisme.  Ces défis nécessitent une coordination et une coopération communes pour y faire face, tout en veillant à la consécration des fondements de la paix et de la sécurité dans toute la région, a affirmé le Prince Faisal bin Farhan lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, à l'issue d'entretiens bilatéraux.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie saoudienne a exprimé les inquiétudes de son pays envers la situation en Libye et envers les ingérences étrangères dans ce dossier et l'impact de ces ingérences sur la sécurité dans le monde arabe, en particulier dans les pays voisins de la Libye. Il a souligné, à cet égard, que son pays tend à soutenir tous les efforts visant à trouver une solution à cette crise, affirmant que la solution doit être libo-libyenne.

"Une solution 100 pc libyenne est une conviction du Royaume de l'Arabie Saoudite et de tous les pays arabes", a-t-il ajouté, soulignant que la coordination arabe pour atteindre cet objectif est une priorité pour son pays en vue de mettre fin aux interventions étrangères et au conflit qui se poursuit dans ce pays, ainsi que pour "la préservation de la Libye et des Libyens des effets du terrorisme, du conflit et des interventions et des convoitises extérieures".

Revenant sur ses entretiens avec son homologue marocain, le Prince Faisal bin Farhan a précisé qu'ils ont été "axés sur divers aspects des relations étroites unissant les deux pays frères, dans le cadre notamment d'une fraternité solide et historique".

L'accent a également été mis sur la volonté commune de renforcer davantage les relations bilatérales à travers une coordination permanente dans tous les domaines, "au service des intérêts des deux pays et des deux peuples frères, conformément aux orientations des leaders des deux pays", a-t-il noté..

Il a fait état, en ce sens, de plusieurs domaines de coopération et de concertation qu'il faut mettre à profit et de plusieurs conventions qu'il faut activer en vue de porter les relations bilatérales à un niveau supérieur.

N. Bourita : Il y a une convergence de points de vue entre le Maroc et l'Arabie Saoudite concernant la résolution de la crise libyenne

Il y a une convergence de vues entre le Maroc et l'Arabie Saoudite concernant la résolution de la crise libyenne, concernant notamment le refus d'interventions étrangères et de solutions militaires et la nécessité de trouver une solution politique, a affirmé, mercredi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita.

"Nous avons longuement discuté de la situation en Libye et il y a une convergence des points de vue au niveau des points suivants : non à une intervention étrangère dans le monde arabe, non aux solutions militaires, oui à une solution politique qui préserve l'unité de la Libye, sa souveraineté et sa sécurité", a indiqué M. Bourita lors d'une conférence de presse à l'issue de ses entretiens avec le ministre saoudien des Affaires étrangères, le Prince Faisal bin Farhan bin Abdullah Al Saoud, en visite de travail dans le Royaume. La Libye a besoin d'un rôle arabe puisqu'elle est un élément de stabilité dans la région d'Afrique du Nord et du monde arabe en général, a insisté M. Bourita, soulignant qu'"en tant que pays arabes, nous avons des positions unifiées et la solution en Libye doit être politique et non militaire".

L'intervention étrangère en Libye complique la situation et constitue une partie du problème et non de la solution, a-t-il poursuivi, notant à cet égard qu'"une intervention étrangère dans les pays arabes n'est pas une chose positive tant en Libye qu'ailleurs".

Les solutions doivent provenir des parties libyennes qui sont en mesure de trouver des compromis sur la base de leurs initiatives, leurs idées et leurs références, avec l'aide de toutes les parties, a-t-il ajouté.

"Le Maroc n'a pas d'initiative pour résoudre la crise libyenne ni ne prétend avoir une solution, car celle-ci doit provenir des Libyens", a encore insisté M. Bourita, précisant que "le Royaume a été et est toujours prêt à coopérer avec tous les Libyens, avec l'ambition et la volonté de les aider à parvenir à une solution, sans leur présenter une recette toute faite, mais en leur offrant un espace constructif et positif pour trouver une solution (...). C'est la position permanente du Maroc".

Après avoir qualifié de dangereuse la situation en Libye, non seulement pour les Libyens mais pour toute la région d'Afrique du Nord et sa stabilité, ainsi que pour toute la Oumma arabe, M. Bourita a insisté sur l'importance du rôle arabe en Libye, notant que le Royaume a déjà proposé dans une réunion de la Ligue Arabe de mettre en place une stratégie arabe pour la résolution de la crise dans ce pays.

Et de conclure que les Arabes ne doivent pas être absents de la résolution des affaires arabes, que ce soit en Syrie, en Libye ou ailleurs.