La marche d’une Nation vertueuse et dynamique dans un environnement régional et international assez exacerbé

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-roi-tron

La F?te du Tr?ne de cette ann?e, se passe ? l??vidence, dans un environnement r?gional et international assez exacerb?.

Un monde arabe et musulman pliant sous le joug ? la fois d?un Djihadisme nihiliste pratiquant au nom de l?Islam - qu?? Dieu ne plaise- une politique de la terre brul?e et sous les effets chaotiques d?une recherche improbable d?une d?mocratie sans Etat ou du moins avec des Etats tr?s faibles, poreux ou d?structur?s. En fait une d?mocratie sans s?curit?, sans institutions, sans ?galit? de tous face ? la loi et sans perspective de vivre-ensemble dans la paix.

Un sahel travaill? par un terrorisme qui utilise une version criminalis?e de la religion musulmane qui brutalise tous les pays de la r?gion sous le regard cynique d?autres Etats qui, quand ils ne tirent pas les ficelles de groupes antagoniques affid?s, jouent aux faiseurs de paix improbables.

Par ailleurs, sur le plan ?conomique la situation internationale, non plus, ne favorise ni la croissance, ni l?inclusion, ni la redistribution. Une crise ?conomique et financi?re profonde et durable qui provoque des d?g?ts sociaux ? dimension plan?taire. Une r?cession quasi globalis?e !

C?est dans cette sombre conjoncture internationale que le Maroc f?te le 15?me anniversaire de l?intronisation de SM le Roi Mohammed VI, et c?est habituellement pour nous Marocains le moment de faire notre bilan et d??valuer l??tat de la Nation.

Certes, nous ne vivons pas sur une ?le qui serait isol?e du monde et qui serait prot?g?e des turbulences de celui-ci par une insondable magie ou par une baraka opportune. Nous sommes, en fait, affect?s au m?me titre que les autres nations par les m?mes crises, les m?mes convulsions et les m?mes menaces.

La question n?est pas l?. Dans le d?ni de la crise, dans la c?l?bration d?une exception marocaine prodigieuse ou dans une singularit? qui nous exon?re de nos responsabilit?s nationales ou internationales.

La vraie question ? se poser en cette p?riode de bilans est comment le Maroc, son Souverain, son peuple ont fait face aux tumultes du monde ? Quel mod?le de soci?t?, de vivre-ensemble, de progr?s, la Nation marocaine a mis en avant ? Quels r?sultats nous avons obtenus au vu d?un?benchmark mondial qui ne verserait ni dans l?autosatisfaction b?ate ni dans l?autoflagellation maladive.

En clair dans l??chelle de la communaut? des nations, dynamiques et vertueuses, qui avancent nous devrions savoir o? nous en sommes ?

Au niveau de la d?mocratisation, de la construction de l?Etat de droit, des Droits de l?Homme, du Droit des femmes, de l?inclusion sociale, de la protection sociale g?n?ralis?e, des droits culturels, de la libert? de la presse et d?expression, de la r?forme de l?Etat etc.

La question se pose ?galement au niveau ?conomique, au niveau des grands chantiers structurants, sur le plan des grands ?quilibres des comptes de l?Etat, la maitrise du d?ficit budg?taire, la v?rit? des prix, la d?compensation, la p?rennit? des caisses des retraites, de l??quit? fiscale; de la r?forme de la Justice, de l?Enseignement, de la fonction publique etc. Ce ne sont pas les chantiers qui manquent.

C?est sur ces terrains multiples, vitaux et d?terminants que le Maroc doit ?tre jug?.

L?engagement d?terminant de SM Le Roi, sur tous ces fronts, a fait qu?aujourd?hui le Maroc peut exciper d?un bilan plus que satisfaisant dans un monde perturb? et en crise profonde. Dans une r?gion MENA bouscul?e par l?effondrement des Etats et de l?intrusion du Djihadisme salafiste arm? dans l?espace public. Dans un environnement sah?lien mit? par le terrorisme, parfois t?l?guid?, et de l?influence n?faste de certains Etats qui terrorisent leurs homologues en pratiquant sur eux un chantage ? la d?stabilisation. Dans un d?sordre ?conomique et financier mondial sans solution imm?diate.

Les grands chantiers continuent ? changer la face du pays. La r?silience de l??conomie marocaine est d?sormais av?r?e : la croissance n?a pas cess?, la monnaie a gard? sa valeur, les grands ?quilibres restaur?s autant que faire se peut - en tous cas la d?gradation a ?t? stopp?e-, la cr?ation de l?emploi a perdur? m?me si c?est en nombre insuffisant par rapport aux besoins structurels, L?Etat a diminu? sensiblement son train de vie, la pr?paration des r?formes essentielles : Justice, Education,?continue malgr? le poids des r?sistances, la versatilit? des lobbies et du poids des corporatismes.

Le chef de l?Etat, conform?ment ? ses attributions constitutionnelles,?assume ses responsabilit?s et veille aux int?r?ts de la Nation. Il veille, ?galement, ? ce que le gouvernement s?acquitte de sa t?che constitutionnelle et, finalement, le Souverain joue scrupuleusement le jeu l?gal de la s?paration des pouvoirs. Le gouvernement issu des urnes du 25 novembre 2011 trouve aupr?s de SM Le Roi le soutien permanent et l?accompagnement bienveillant pour l?accomplissement de sa responsabilit?.

Le Maroc fait aujourd?hui face aux d?fis d?cisifs du monde avec plus de succ?s que ses homologues de m?me profil socio- culturel et de m?me identit? r?gionale parce qu'il a tranch? la question politique, il a r?gl? la question de la gouvernance et a sanctuaris? la question des droits et fix? l?gitimement les ?quilibres entre les pouvoirs avec la Constitution du 1er juillet 2011. L?enjeu n?est plus, ? pr?sent, d?imaginer un modus vivendi collectif pour g?rer la Nation, il s?agit plus simplement - et c?est le plus complexe- de traduire dans la r?alit? la nouvelle Constitution avec une d?marche consensuelle et participative.

Ceux qui pensent, aujourd?hui, qu?opposer les pouvoirs entre eux est de nature ? leur conf?rer, pour les enjeux ? venir, des positions politiques de force se trompent. La comp?tition politique au Maroc n?est plus entre les pouvoirs -cet enjeu constitutionnel est r?gl?- mais entre les projets, leur pertinence et leur int?r?t pour le pays.

Le gouvernement et sa majorit? seront jug?s sur leurs bilans. L?opposition sur son efficacit?, sur son utilit? et sur sa capacit? ? faire des contre-propositions claires audibles et lisibles. Et le chef de l?Etat, quant ? lui, agit, impulse, arbitre, maintient les grands ?quilibres et veille aux int?r?ts du pays.

C?est comme cela que le team Maroc marche et c?est comme cela qu?il marque des buts contre ses adversaires au b?n?fice de tous et non contre son camp au grand regret de tous !

Sur le plan politique ceux qui participent ? la d?gradation du d?bat public doivent assumer leurs responsabilit?s dans la perte de temps que cela occasionne ? la Nation. Et dans la d?gradation g?n?rale qui touche l?image des institutions de repr?sentation et de m?diation.

Le Parlement, les d?put?s, le gouvernement, les ministres, les partis politiques, leurs dirigeants, les m?dias, tous voient leur image affect?e et durablement d?grad?e aupr?s de l?opinion publique. Un d?bat public qui ne tire pas vers le haut offre peu d?opportunit?s au pays pour ?tre performant, pour s'am?liorer et atteindre ses objectifs. Les acteurs n??tant plus dans leur r?le constitutionnel.

Et l?, ?galement, on souligne le r?le de temp?rance, de conciliation et d??quilibre que joue SM Le Roi dans un appel permanent, explicite ou sugg?r?, ? se recentrer sur l?essentiel cr?ateur et mettre de c?t? le superflu et l?accessoire diviseur -souvent des algarades verbales inutiles- qui nuit ? la marche des affaires publiques et qui voile l?image de la d?mocratie marocaine pourtant r?elle et concr?te.

C?est pour cela que le Souverain veille scrupuleusement ? ce que l?Entreprise Maroc reste saine, bien g?r?e, au management comp?tent, responsable et ?volu? et qui optimise ses ressources dans une conjoncture qui ne permet aucun ?cart ni aucune faute. Il veut l?immuniser contre les dangers qui la guettent et les menaces souvent explicites qui l?assaillent.

Le Roi du Maroc maintient l?unit? de la Nation dans sa diversit?. Il offre, aujourd?hui plus que jamais, une possibilit?, s?rieuse et r?elle, ? nos provinces du Sud d?int?grer harmonieusement l?ensemble national par le biais d?une large autonomie porteuse de paix et de prosp?rit? pour tous. Il dote la politique du pays d?un point d??quilibre et d?ancrage qui fait que toutes les forces politiques du pays, par la d?mocratie, sont capables d?acc?der l?gitimement au pouvoir dans le cadre de l?alternance d?mocratique.

Face ? un monde en plein d?sarroi, le village marocain semble paisible, rassembl?, rass?r?n? et engag? pour atteindre ses objectifs. SM Le Roi maintient le cap et acc?l?re la cadence. Les Marocains le suivent car le pacte multis?culaire qui les lie ? la Monarchie est porteur de stabilit? et de prosp?rit? pour tous. Ce mod?le perdure car il a d?montr?, dans la loyaut? partag?e, sa r?silience et son efficience.

?

*Directeur g?n?ral de la MAP

lire aussi