Réforme du champ religieux : de quoi s’agit-il ?

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-mohammed-VI

Avec la publication, en ce 26 juin 2014, au Bulletin officiel (B.O N. 6268) de quatre dahirs relatifs au plan de r?forme et de restructuration du champ religieux, dont le dahir fixant l'organisation des t?ches des pr?pos?s religieux et la d?finition de leur situation, la mise en oeuvre de l'ambitieux plan de r?forme du champ religieux au Maroc aura atteint sa vitesse de croisi?re, avec la m?me ambition qui a toujours pr?sid? ? ce plan: permettre une pratique saine et sereine des pr?ceptes de la religion et pr?munir la chose religieuse contre tout abus, d?rapage ou instrumentalisation, deux volets qui supposent un int?r?t tout particulier ? l'?l?ment humain.

Promulgu? conform?ment ? l'article 41 de la Constitution, le dahir sur les pr?pos?s religieux se d?cline en un nouveau cadre r?glementaire destin? ? clarifier le champ d'action et mieux d?finir les obligations et devoirs des pr?pos?s religieux (imams, encadrants religieux, muezzins et morchidines). Il comporte des dispositions destin?es ? faire connaitre leurs missions, leur statut juridique, leurs engagements et leurs droits ainsi que d'autres dispositions inh?rentes aux m?canismes de traitement de leurs plaintes et dol?ances.

Aux termes de l'article 7 de ce dahir, les pr?pos?s au culte sont tenus, en toute circonstance, de s'en tenir ? une obligation de r?serve, de faire preuve de la droiture requise par la nature des missions qui sont les leurs et de s'abstenir de toute activit? politique ou syndicale. Ils doivent respecter les fondements du rite malikite, de la doctrine asharite et des valeurs immuables de la nation et des usages marocains. Dans le m?me ordre d'id?es, et pour garantir la neutralit? et l'ind?pendance des pr?pos?s religieux, le texte instaure l'incompatibilit? entre cette fonction et l'exercice, de mani?re professionnelle, de toute activit? professionnelle dans le secteur public ou priv?. A moins d'une autorisation d?livr?e par le d?partement des Habous et des affaires islamiques.

Ce dahir d?termine aussi, clairement, les relations qui lient, dans un cadre contractuel, les pr?pos?s religieux avec l'autorit? gouvernementale concern?e. Ils b?n?ficient ainsi d'un salaire mensuel, ont droit ? la promotion, des primes, des cong?s de maternit?, des frais de d?placement, et ce, en plus des avantages que leur procure la Fondation Mohammed VI des ?uvres sociales des pr?pos?s religieux.

En contrepartie, et dans le but d'assurer la protection juridique de cette cat?gorie, il sera proc?d? ? la d?signation du pr?pos? religieux en vertu d'un arr?t? du ministre des Habous et des affaires islamiques, de sorte ? lui garantir la stabilit? dans l'exercice des fonctions dont il est investi.

De m?me, un m?canisme a ?t? mis en place pour traiter les r?clamations ?manant des pr?pos?s religieux, par l'entremise d'une commission d?nomm?e "la Commission nationale de traitement des plaintes et dol?ances des pr?pos?s religieux", cr??e ? l'effet d'examiner toute injustice et tout tort subis par les pr?pos?s religieux dans leur interaction avec le d?partement de tutelle.

La promulgation de ce dahir vient donc confirmer le r?le central que les pr?pos?s religieux sont appel?s ? jouer dans ce vaste plan de restructuration du champ religieux au Maroc o? quelques 50.000 mosqu?es ont ?t? recens?es avec pr?s de 110.000 pr?pos?s au culte.

Et pour assurer une formation appropri?e ? ces pr?pos?s religieux, le m?me BO publie un autre dahir relatif ? la cr?ation de l'Institut Mohammed VI de formation des imams, mourchidines et mourchidates qui aura pour t?che de dispenser une formation aux Imams, mourchidines et mourchdates pour leur permettre de mener ? bien des missions de pr?dication et de vulgarisation des pr?ceptes de la sainte religion en vue d'en expliciter les desseins et la vocation de religion de tol?rance et du juste milieu. Les deux autres dahirs sont relatifs respectivement ? l'?tablissement du programme de lutte contre l'analphab?tisme dans les mosqu?es et la cr?ation du prix Mohammed VI du programme de lutte de lutte contre l'analphab?tisme dans les mosqu?es.

Dix ans apr?s son lancement ? la faveur du discours royal d'avril 2004 d?finissant l'organisation du Conseil sup?rieur des Oul?ma, le plan de r?forme du champ religieux continue ainsi ? prendre forme, au regard de l'importante panoplie des initiatives prises ? cet effet et des multiples textes promulgu?s avec un int?r?t particulier ? l'?l?ment humain qui constitue l'un des piliers du vaste chantier de la restructuration du champ religieux.

lire aussi