Université : Contre la violence inter-estudiantine… la grève des enseignants ?

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

Le-campus-de-luniversit?-Dhar-Mehrez-?-F?s

Pas d?amphi aux universit?s marocaines ce mardi et mercredi. Les enseignants et toutes les composantes universitaires entendent ainsi d?noncer de nouveau la violence qui s?vit et pr?vaut dans les enceintes universitaires. D?cr?t? par le syndicat national de l?enseignement sup?rieur, le mot d?ordre de cette gr?ve est un signal fort sur la gravit? de la situation. L?universit? devrait figurer, d?sormais, parmi les points primordiaux des acteurs et intervenants partisans et civils. L?objectif ?tant de faire pr?valoir les valeurs de dialogue, de respect de la diff?rence et de la qu?te du savoir? Les ?tudiants ne doivent plus se sentir comme des laiss?s pour compte d?un syst?me ?ducatif ? plusieurs vitesses.

Le d?c?s r?cemment d?un ?tudiant ? F?s, n?est que le couronnement de plusieurs ?v?nements survenus aux universit?s du pays. Des signes avant-coureurs de ce qui allait advenir. Les partis politiques, soci?t? civile, m?dias? ont ?t? ?tonn?s par cet ?tat des lieux. Pas les observateurs assidus de la situation dans les campus. Les sc?nes de violence ont commenc? depuis bien le d?but de l?ann?e universitaire.

Et c?est sur un grand chaos que se sont ouverts, cette ann?e, les amphis de T?touan-Martil pour un probl?me de transport. Puis, il y a eu les affrontements d?Agadir, entre forces de l?ordre et les ?tudiants de l?universit? Ibn Zohr. Dans ce genre d?universit?s, la donne est complexe avec l?existence de tendances politiques estudiantines diff?rentes?: Gauchistes, islamistes, ?tudiants sahraouis et Mouvement culturel amazigh ?

M?me son de cloche ? Marrakech. L?universit? Cadi Ayyad avait d?j? vu, ces trois derni?res ann?es, la mort d?un ?tudiant. Le nombre grandissant des ?tudiants, le manque d?infrastructures et les horizons clos ainsi que l?absence de toute strat?gie de gestion de la vie universitaire ? sont autant de facteurs qui contribuent ? ce que la violence fasse des cit?s et facult?s universitaires son ar?ne.

A F?s, l?ann?e ?tait presque exceptionnelle. Les autorit?s avaient, enfin, mis en ?uvre une d?cision prise, il y a d?j? longtemps?: fermer la vieillissante cit? universitaire?! Les ?tudiants n?y ont vu qu?une ?ni?me mesure visant ? restreindre leur activisme. Le pire vint avec les affrontements entre ?tudiants de gauche et ?tudiants islamistes, sold?s par la mort d?un ?tudiant.

?Mais si la gr?ve des enseignants c?est bien pour d?noncer la violence au sein des universit?s, il n?en demeure pas moins que c?est ? la source qu?il faut attaquer le probl?me, ? commencer par la fonction et la finalit? de l?institution universitaire, le contenu des cursus, la culture du dialogue et de la tol?rance,? autrement dit un long chemin ? parcourir