Académie du Royaume : ''Coran et livres de dévotion au Prophète en Afrique musulmane''

5437685854_d630fceaff_b-
183
Partager :

Rabat - L'Acad?mie du Royaume du Maroc a organis?, mercredi soir ? Rabat, une conf?rence sous le th?me ''Coran et livres de d?votion au Proph?te en Afrique musulmane?? dans laquelle le conf?rencier a ?voqu? la vari?t? des Corans produits dans les diff?rentes soci?t?s africaines (l?Afrique de l?Ouest et l?Afrique de l?Est) et ?tudi? minutieusement le style du livre Saint, tant au niveau de l??criture que des ornementations.

Organis?e dans le cadre du cycle "Tr?sors de l'Islam en Afrique", la conf?rence a ?t? anim?e par le Professeur, anthropologue et chercheur ?m?rite au Centre national de la recherche scientifique (Paris), Constant Ham?s, qui a fait une comparaison des diff?rents ?l?ments de la composition mat?rielle, stylistique et iconographique des Corans, relevant ainsi une opposition structurelle int?ressante entre les cultures livresques d?Afrique de l?Ouest et celles d?Afrique de l?Est.

Dans son intervention, M. Ham?s a mis en exergue l?histoire de la diffusion du Livre sacr? dans les r?gions subsahariennes, l?empreinte laiss?e par leurs identit?s culturelles et la cr?ativit? dont elles ont fait preuve pour produire la vari?t? des Corans et des ?uvres d?di?es au Proph?te (paix et salut de Dieu soient sur lui).

L??minent chercheur a, ?galement, mis l?accent sur la fa?on de nommer les sourates ou de concevoir les divisions internes du texte ou d?utiliser telle ou telle lecture, ou, au contraire, en permettant de d?couvrir des pratiques in?dites sur la fa?on d?utiliser le papier pour en faire un livre.

De m?me, M. Ham?s a relev? les diff?rents styles d??critures coraniques en Afrique musulmane, notant que l??criture (Al-khatt) de l'arabe en Afrique a ?t? peu ?tudi?e et ce n'est que r?cemment que quelques chercheurs ont commenc? ? s?y int?resser et ? tenter de d?m?ler diff?rents styles.?

En dehors d?une courte p?riode sous les al-mur?bit?n au Maghreb, l?Afrique n?a jamais produit de papier, mais import?

L?ensemble de ces ?critures ?taient qualifi?es de sud?n?, comme s?il n?y avait qu?un seul style commun en toute l?Afrique sub-saharienne, a-t-il poursuivi, estimant qu?il est difficile en effet de continuer ? parler d?une seule ?criture sud?n?, m?me limit?e du S?n?gal au Nigeria.

??L'int?r?t de la d?couverte d'une multiplicit? de Corans africains nous confronte imm?diatement avec une multiplicit? d??critures qui ne recouvrent d'ailleurs pas seulement l?espace sub-saharien mais ?galement l'espace saharien", a-t-il fait observer.

Dans cette lign?e, il a mis l?accent sur sept grands types d??critures, faisant savoir que l?Ouest de l?Afrique s?inspire de la tradition de l??criture maghrib? et l?Est de la tradition du naskhi ottoman, en passant aussi par l??criture du Yemen et d?Oman. Mais, chaque pays ou groupe ethnique a su se forger une ?criture bien ? lui, contribuant de fa?on significative ? son identit? culturelle, a-t-il dit, faisant remarquer qu?en dehors du naskhi et du maghrib?, aucune des autres ?critures traditionnelles du monde arabe, comme le thuluth, le muhaqqaq, le tawqi entre autres n?est utilis?e en Afrique, a-t-il ajout?.

De m?me, il a ?voqu? le papier des corans manuscrits africains, notant que le papier qui a servi ? ?crire les copies coraniques en Afrique, de m?me que tous les autres manuscrits, n?a ?t? produit en Afrique.

En dehors d?une courte p?riode sous les al-mur?bit?n au Maghreb, l?Afrique n?a jamais produit de papier mais il a l?a import?, a-t-il indiqu?, pr?cisant qu?? partir de la fin du 13 et d?but 14 si?cles, se sont les papetiers italiens, de la r?gion de Venise, qui assuraient la production de tout le papier pour l?Afrique et au-del?.

Par ailleurs, M. Ham?s a soulign? que Dal??il al-khayr?t de l?im?m Jaz?l? et autres livres de d?votion au Proph?te sont, avec le Coran, les ouvrages les plus r?pandus en Afrique musulmane, comme au Maghreb, pr?cisant que le Dal??il a eu beaucoup de succ?s et il a suscit? des imitations ou des variantes. Le plus r?pandu parmi eux, est l??uvre de ?Abd al-Jalil ben Azz?m al-Mur?d? al-Qayraw?n?, de la fin du 16 si?cle, et qui s?intitule Tanbih al-an?m f??uluw maq?m nabiyyana Muhammed alayhi as-salam??.

Le conf?rencier a dans ce sens relev? qu?il existe un peu partout en Afrique des ?uvres locales d?di?es au Proph?te et l?ensemble de cette litt?rature m?riterait des ?tudes comparatives ? l??chelle de l?Afrique musulmane.

Lahjomri amont de l?exposition "Tr?sors de l?Islam en Afrique de Tombouctou ? Zanzibar",

Le secr?taire perp?tuel de l'Acad?mie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a de son c?t? indiqu? que cette rencontre s?inscrit dans le cadre du cycle de conf?rences "Tr?sors de l'Islam en Afrique", en partenariat avec l?Institut du Monde arabe et la Fondation nationale des mus?es du Maroc, permettant aux publics et doctorants marocains de prendre connaissance de la grande dimension des productions relatives ? l?Islam en Afrique.

Cette conf?rence s'inscrit dans le cadre du cycle de conf?rences que l?Acad?mie du Royaume du Maroc a initi? en amont de l?exposition "Tr?sors de l?Islam en Afrique de Tombouctou ? Zanzibar", pr?vue du 16 octobre 2019 au 25 janvier 2020 et ce en vue de sensibiliser le grand public aux probl?matiques ant?rieures et actuelles relatives ? l?islamisation de l?Afrique.

N? en 1938 ? Messancy (Belgique), le professeur Ham?s, de nationalit? fran?aise est charg? de recherche au CNRS et membre du groupe de sociologie des religions (devenu Centre d?Etudes en Sciences Sociales du Religieux), CNRS-EHESS de 1964 ? 2003.

Membre fondateur du GDR 745 du CNRS "Anthropologie comparative des soci?t?s musulmanes" (1983-1991), il est ?galement membre du Comit? de r?daction de Archives de Sciences Sociales des Religions de 1981 ? 2007.?

Co-fondateur et co-responsable, avec Jean-Louis Triaud, de la revue Islam et soci?t?s en Afrique au Sud du Sahara, depuis 1987, il a exerc? en tant que directeur du GDR 2159 du CNRS "Magie et ?criture islamique dans les mondes africains et europ?ens" de 2000 ? 2003.

Cette conf?rence a ?t? marqu?e par la pr?sence notamment du haut-commissaire aux anciens r?sistants et anciens membres de l'arm?e de lib?ration, El Mostafa El Ktiri, des membres de l'Acad?mie du Royaume du Maroc, ainsi que d?une pl?iade d?universitaires marocains et ?trangers, historiens et ?tudiants doctorants.

?