Sahel: Bamako à Moscou, Ouagadougou, Niamey et N’Djamena à Paris

5437685854_d630fceaff_b-

Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop reçu à Moscou par son homologue russe Sergueï Lavrov

1
Partager :

Alors que le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop est à Moscou (du 10 au 12 novembre), sur invitation de Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, le président français recevait ce vendredi ses homologues burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, nigérien Mohamed Bazoum et le président du Conseil militaire de transition du Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, pour évoquer "la situation au Sahel", a annoncé jeudi l'Elysée.

C:\Users\Naïm Kamal\AppData\Local\Temp\Temp1_httpdoc.afp.com9RG7NT-MultimediaVersion.zip\urn_newsml_afp.com_20211112_44beb667-fb5a-4697-a85b-cf239814f51f_mmdHighDef.jpg

Macron accueille ses homologues burkinabé, tchadien et nigérien pour une réunion sur le Sahel

Cette réunion a été organisée dans la matinée en marge d'une conférence internationale pour la Libye et le Forum pour la paix. Elle devait porter "sur la dimension régionale de la crise libyenne", a précisé une source proche de la présidence.

Elle intervient alors que les relations entre la France, ex-puissance coloniale et partenaire historique, et le Mali se sont dégradées, après un nouveau coup d'Etat à Bamako. 

Paris a entrepris en juin de réorganiser son dispositif militaire au Sahel, en quittant notamment ses trois bases les plus au nord du Mali pour le recentrer autour de Gao et Ménaka, aux confins du Niger et du Burkina Faso. Ce plan prévoit une réduction des effectifs, de plus de 5.000 actuellement, à 2.500-3.000 d'ici 2023.

La tension est montée d'un cran en septembre quand le Premier ministre de transition malien Choguel Kokalla Maïga a accusé Paris d'un "abandon en plein vol" en raison de ce plan. Des critiques censées justifier le possible recours par Bamako à la société paramilitaire privée russe Wagner, décrite comme proche du président russe Vladimir Poutine. 

Renforcer la coopération sécuritaire

Les chefs des diplomaties russe Sergueï Lavrov et malienne Abdoulaye Diop ont réaffirmé jeudi leur volonté de poursuivre le partenariat militaire entre les deux pays, arguant d'un risque terroriste renforcé par le retrait partiel des troupes françaises.

Un communiqué du ministère malien des Affaires étrangères précise que M. Diop a eu, à cette occasion, un entretien avec son homologue russe au cours duquel il lui a remis un message personnel du Colonel Assimi Go£îta, Président de la Transition, Chef de l’Etat, au Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine.

Les deux ministres se sont félicités de l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui ont toujours existé entre les deux pays et ont exprimé leur volonté de les renforcer davantage notamment dans le domaine de la sécurité et de la coopération économique et culturelle, note le communiqué.

Ils se sont également réjouis de la convergence de vues au sein des instances internationales sur les questions de paix, de sécurité et de stabilité dans le monde.

Dans le respect de la souveraineté malienne

La même source relève que M. Diop a souligné le grand intérêt que le Mali porte au partenariat historique et stratégique avec la Russie, un partenariat exemplaire et une réussite de coopération bilatérale dans la relation Russie-Afrique.

Il a également exprimé toute la gratitude du peuple malien et des autorités de la Transition au gouvernement de la Russie pour ses multiples interventions dans divers domaines du développement socio-économique du Mali et pour son soutien constant, y compris dans les moments difficiles de son histoire.

La partie russe, souligne-t-on, a réaffirmé son appui et son accompagnement de la Transition dans le respect de la souveraineté du Mali ainsi que dans la recherche d’une solution malienne, alors que le ministre malien a salué l’engagement constant de la Fédération de Russie en faveur de la paix et de la stabilité au Mali et dans la région du Sahel.

Les entretiens, qui se sont déroulés dans une atmosphère empreinte d’amitié et de compréhension mutuelle, ont permis aux deux parties d’échanger sur les voies et moyens d’approfondir et de diversifier leur partenariat stratégique dans les domaines politique, économique et sécuritaire, ajoute encore le communiqué.

Et de faire savoir que M. Diop a rencontré les représentants de la communauté malienne et les ambassadeurs des pays africains accrédités auprès de la Fédération de Russie. Au cours des échanges, il a fait le point des questions d’actualité au Mali, notamment la sécurisation du pays, la tenue des Assises nationales de la Refondation, l’adoption de réformes politiques et institutionnelles, et l’organisation d’élections crédibles, transparentes et apaisées.

lire aussi