Menaces sur l’agenda électoral

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-election L?opposition s?inqui?te du retard pris dans l??laboration des lois ?lectorales. ??Serons-nous pr?ts pour le rendez-vous ?lectoral pr?vu en juin prochain?? Au rythme o? vont les choses, j?en doute fortement??. Ce cacique de l?Union socialiste des forces populaires ne cache pas ses inqui?tudes. Les r?unions techniques relatives aux lois ?lectorales communales et r?gionales ont bien commenc?. Les repr?sentants des partis de l?opposition et de la majorit? ont tenu r?union la semaine pass?e avec notamment le secr?taire g?n?ral du minist?re de l?int?rieur et le wali directeur g?n?ral des collectivit?s locales qui coiffent la commission technique en charge de la pr?paration des projets de loi portant sur les scrutins communal et r?gional. ??Des r?unions purement techniques o? ne sont pas tranch?es les questions d?ordre politique qui seront d?battues ? un niveau sup?rieur. C?est la premi?re fois qu?une telle approche est adopt?e. Opposition et majorit? tiennent ces s?ances de travail chacune de son c?t? avec la commission de l?int?rieur. Ce n?est pas une mauvaise chose. Mais pour l?heure, nous n?avons pas encore beaucoup avanc頻, t?moigne cet Istiqlalien blanchi sous le harnais. Pour ce membre du bureau politique de l?USFP, ?un long parcours attend ces projets de loi avant leur adoption. Il ne reste plus beaucoup de temps, explique-t-il. ??Et comme d?habitude et ? la derni?re minute le gouvernement va donner un coup d?acc?l?rateur ? un moteur froid. Ce qui, en m?canique, ne donne pas toujours de bons r?sultats?!??. Au Parti Authenticit? et Modernit?, c?est le m?me constat de statu quo qui est dress?. La commission en charge de d?fricher le volet technique du projet de charte communale n?est pas pr?te de rendre sa copie. Les choses se compliquent davantage lorsque l?on sait que les divergences sont d?abord politiques. ??A l?USFP par exemple, nous en appelons ? l??lection au scrutin direct du pr?sident de la R?gion. Nous revendiquons ?galement que le contr?le se fasse a posteriori. Nous avons ?galement des propositions tr?s pr?cises en ce qui concerne les sources de financement de la r?gion. Quant au niveau d?instruction des pr?sidents de communes, nous proposons que le pr?sident de commune rurale soit titulaire du brevet et que celui de commune urbaine ait obtenu son baccalaur?at. Ce ne sont l? que quelques-unes de nos demandes et qui montrent notre profonde divergence avec les partis de la majorit? qui par exemple veulent supprimer la condition li?e au niveau d?instruction pour les pr?sidents de communes??, explique cette socialiste avant de pointer la lenteur des discussions et ?changes en la mati?re entre gouvernement et opposition. Pour l?heure, c?est la tr?ve des confiseurs. Les r?unions avec la commission technique que composent les repr?sentants des partis et ceux du d?partement de l?int?rieur ne reprendront que d?but janvier 2015. Dans le camp de la majorit?, on veut s?y pr?parer en ?vitant d?afficher au grand les dissonances pr?-?lectorales. Abdelilah Benkirane a r?uni jeudi dernier les leaders de sa majorit? pour d?battre des projets de lois relatifs aux prochaines ?lections. Les quatre partis formant la coalition gouvernementale ?PJD, PPS, MP et RNI- veulent accorder leurs violons et parler d?une m?me voix au sein de la commission technique du minist?re de l?Int?rieur.