Le ministère de la Santé dément l’augmentation des prix des poches de sang

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

poche-sang-608x375

Afin de lever toute ambig?it? et suite ? la d?cision conjointe du Minist?re de la Sant? et du Minist?re de l'Economie et des Finances fixant les tarifs des d?riv?s stables extraits de sang humain, le Minist?re de la Sant? a d?menti cat?goriquement toute augmentation des prix des poches de sang et de ses d?riv?s, assimil?s aux m?dicaments utilis?s pour le traitement de certaines maladies chroniques.

Selon un communiqu? publi? mardi 9 septembre 2014 par le minist?re, le nouveau amendement a fix? un nouveau tarif des d?riv?s sanguins stables, disponibles actuellement en une nouvelle dose de mille unit?s du "Facteur VIII" et "Facteur IX", qui n'?taient pas disponibles et dont le tarif n'?tait pas ?tabli auparavant.

Le communiqu? ajoute encore que le tarif fix? pour la vente de ces d?riv?s sanguins ne couvre m?me pas le co?t de sa production, ?tant que ces d?penses sont prises en charge par le minist?re de la Sant? compte tenu du caract?re urgent que rev?t ce genre de traitements.

Rappelons qu?une information se fondant sur la fixation des tarifs des nouveaux produits affirmait qu?il s?agissait d?un nouvel amendement qui s?ajoute au deuxi?me article de l?arr?t? minist?riel conjoint co-sign? par l?ancien ministre de la Sant?, Mohamed Cheikh Biadillah, et l?ancien ministre l??conomie et des finances Fathallah Oualalou. Suite ? cette d?cision, les prix des d?riv?s du sang, tels que celui de l?immoglobuline, devraient osciller entre 520DH et 4800 DH pour le plus cher des produits sanguins.

lire aussi