Obsèques à Casablanca du journaliste Abdellatif Mansour

5437685854_d630fceaff_b-

Le décès d'Abdellatif Mansour, une grande perte pour la scène médiatique marocaine et pour toute une génération de militants (Abdelhamid Jmahri)

1
Partager :

 

Casablanca - Les obsèques du journaliste Abdellatif Mansour, décédé vendredi à l'âge de 73 ans des suites d'une maladie, ont eu lieu, samedi à Casablanca.

La dépouille d'Abdellatif Mansour a été inhumée au cimetière Arrahma après les prières d'Al-Asr et du mort, en présence de membres de la famille du défunt et de plusieurs figures médiatiques qu'il a côtoyées tout au long de sa carrière.

Abdelhamid Jmahri, directeur de publication du quotidien "Al Ittihad Al Ichtiraki", a indiqué que le décès d'Abdellatif Mansour est une grande perte pour la scène médiatique marocaine et pour toute une génération de militants, rappelant que le défunt était l'un des premiers militants au sein de l'Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM) dès son entrée à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V de Rabat en 1967.

Dans une déclaration à M24, la chaine d'information en continu de la MAP, il a relevé que le regretté, qui était l'un des premiers journalistes au sein de l’équipe de rédaction de l’Avant-garde, organe de l'Union marocaine du travail (UMT), était connu pour sa belle plume, son sérieux et sa rigueur morale.

Abdellatif Mansour, qui a été l'une des figures médiatiques ayant contribué à la promotion de la presse indépendante, a-t-il souligné, était toujours mobilisé pour la défense des causes nationales.

Noureddine Jouahri, secrétaire général de Maroc Hebdo, a indiqué que le défunt, qui était doté de grandes capacités intellectuelles, a été l'un des premiers militants qui ont œuvré pour la consolidation et le développement de l'action syndicale au Maroc.

Mettant en avant les qualités humaines et professionnelles du regretté, M. Jouahri a également souligné les efforts louables qu'il a consentis au service de sa patrie.

Pour sa part, Saâd Mansour, fils du défunt, a relevé que son père était un grand militant, émettant le souhait que les nouvelles générations puissent s'inspirer de son parcours et de ses réalisations.

Né en 1949, Abdellatif Mansour était connu pour son militantisme. Il a notamment milité au sein de l'UNEM dès son entrée à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V de Rabat en 1967.

En devenant professeur de l’enseignement secondaire à Casablanca, il rejoint l’UMT et sera ensuite l’un des membres de l’équipe de rédaction de l’Avant-garde, organe de la centrale syndicale.

Pédagogue de formation, le défunt a contribué à la promotion de la culture syndicale à travers ses multiples voyages et à la mise en place du syndicalisme africain dont le fondateur n’est autre que Mahjoub Benseddik, chef de l’UMT. Ainsi débutera le parcours journalistique de Abdellatif Mansour qui finira par trouver dans l’équipe de Maroc-Hebdo International, qu’il rejoint en 1992, un espace où il concilie sa passion de l’écriture et son désir de participer au changement de la société marocaine.

Marié à Mme Fatima Mansour, une enseignante, Abdellatif Mansour était père de deux enfants.