Intégration régionale en Afrique : Bilan mitigé*

5437685854_d630fceaff_b-
236
Partager :

Niamey - Les r?alisations des Communaut?s ?conomiques r?gionales (CER) en Afrique "sont louables mais les succ?s restent mitig?s". C'est surtout ce qu'il faut retenir d'un rapport de la Commission de l'Union africaine (UA), pr?sent? lundi ? Niamey par son pr?sident Moussa Faki Mahamat.

L'?tat des lieux, les progr?s et les goulots d'?tranglement de l'int?gration africaine r?gionale ont ?t? d?clin?s par Faki Mahamat qui diss?quait ledit rapport devant le 1er Sommet de coordination UA-CER.

Selon le rapport, les huit CER reconnues par l'UA doivent faire face ? des d?fis de taille en termes de financement et de ressources humaines, de chevauchement des adh?sions, de mise en ?uvre "m?diocre" de programmes et de projets d?int?gration r?gionales cl?s.

La Commission de l?UA a aussi point? du doigt le manque de concentration et d?alignement institutionnel, soulignant que les conflits persistants, l?ins?curit? et les goulots d??tranglement des infrastructures restent des obstacles majeurs ? une int?gration plus pouss?e.

S?agissant de la "Communaut? des Etats sah?lo-sahariens", le rapport indique que depuis sa cr?ation, la CEN-SAD s?est employ?e ? am?liorer le climat de paix et de s?curit? entre ses Etats membres. Elle poss?de une charte pour la paix et la stabilit?, un protocole sur la pr?vention, la gestion et le r?glement des conflits et une convention de coop?ration en mati?re de s?curit?.

Or, note la commission de l'UA, la CEN-SAD manque de fonds pour financer ses ambitieux programmes et projets d?int?gration r?gionale.

Quant au "March? commun de l'Afrique orientale et australe", le COMESA a cr?? une zone de libre-?change supprimant les restrictions de change et les taxes sur les devises, ?liminant les quotas d?importation et d?exportation et les obstacles, simplifiant les formalit?s douani?res.

Cependant, le COMESA est toujours confront? ? la d?pendance des donateurs pour le financement de programmes d?int?gration r?gionale cl?s, de r?seaux d?infrastructures m?diocres, d?une vuln?rabilit? macro-?conomique persistante, d?une coordination des politiques limit?e et de contraintes en mati?re de ressources humaines.

Concernant "l?Union du Maghreb Arabe", la Commission de l?UA rel?ve qu?elle a un grand potentiel et, en fonction des objectifs de son trait?, a r?alis? des progr?s "louables", nuan?ant que cette r?gion est, toutefois, confront?e ? une coop?ration limit?e entre les Etats membres.

Pour ce qui est de la Communaut? de l'Afrique de l'Est, il s?agit de la CER la plus avanc?e ayant atteint un march? commun, les objectifs d?une union mon?taire et, en d?finitive, d?une f?d?ration politique. Mais les d?fis persistent.

Par exemple, l?union douani?re et le march? commun ne sont pas encore pleinement op?rationnels. Aussi, cette CER doit faire face ? des d?fis importants en termes de capacit? humaine et de financement de ses propres programmes.

S?agissant de la Communaut? ?conomique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), ce groupement a renforc? l?int?gration r?gionale, notamment l?int?gration politique ? travers l?architecture de paix et de s?curit?, l?int?gration environnementale et la gestion des ressources naturelles par le biais d?un syst?me de promotion de l??conomie verte.

Malgr? le riche potentiel en ressources de la r?gion, la coop?ration au sein de la CEEAC reste faible en raison de proc?dures de douane et d?immigration restrictives, ainsi que de conflits persistants.

Quant ? la Communaut? ?conomique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), on rel?ve que la mise en ?uvre du protocole sur la libre circulation des personnes, des biens et des services a accru le commerce intra-r?gional.

Pour autant, il y a des d?fis relatifs ? l?ins?curit? et aux attaques terroristes, ? l?harmonisation des politiques macro-?conomiques, la m?diocrit? des r?seaux d?infrastructures, le financement limit? de l?int?gration r?gionale et les contraintes en mati?re de capacit?s humaines.

Au niveau de "l'Autorit? intergouvernementale pour le d?veloppement", cette CER a mis en place une architecture efficace de paix et de s?curit? pour r?soudre les conflits et progress? dans les infrastructures r?gionales, notamment le corridor LAPPSETT, la zone franche internationale de Djibouti et le barrage de renaissance en Ethiopie.

N?anmoins, un certain nombre d?Etats membres sont toujours confront?s ? la vuln?rabilit? aux conflits, aux r?fugi?s et aux personnes d?plac?es ? l?int?rieur de leur pays. En outre, les conditions m?t?orologiques extr?mes menacent l?agriculture et la durabilit? de la biodiversit?.

Du c?t? de la "Communaut? de d?veloppement de l'Afrique australe" (SADC), cette r?gion a obtenu le statut ZLE en 2008 et le commerce intra-r?gional a augment? pour repr?senter environ 22 pc du commerce total. Cette CER a adopt? une approche de d?veloppement en mati?re d?int?gration ax?e sur la coop?ration sectorielle.

A l?avenir, la SADC devrait r?soudre le probl?me des adh?sions multiples et redondantes afin d??viter la confusion, la concurrence et les doubles emplois.

*Lecture de l?agence MAP

?

lire aussi