Festival ''Stop Drogue'' à Marrakech : Quand les arts plastiques contre les comportements addictifs

5437685854_d630fceaff_b-
993
Partager :

Marrakech - Le vernissage d'une exposition mettant la lumière sur les créations et œuvres artistiques, réalisées par des bénéficiaires des actions fournies par le Centre d’Addictologie au quartier El Mellah à Marrakech, a eu lieu samedi soir au Palais El Badii, en présence d’un parterre de responsables et de personnalités de divers horizons.

Initiée dans le cadre des activités de la première édition du festival "Stop Drogue", organisée du 5 au 29 février, par le pôle d’accompagnement social relevant dudit Centre et l’Association régionale "Baraka Idman", cette exposition, dont la cérémonie de vernissage a été rehaussée par la présence notamment du wali de la région de Marrakech-Safi, gouverneur de la préfecture de Marrakech, Karim Kassi-Lahlou, se veut une belle initiative sociale et humaine visant à faire découvrir au public et à partager avec lui la créativité artistique des bénéficiaires de cet établissement inauguré par le Roi Mohammed VI en février 2019.

Cette exposition artistique, qui revêt un caractère particulier eu égard à ses divers aspects aussi bien social qu'humain et culturel, offre ainsi un véritable espace d'expression au profit de ces personnes addictives afin de faire étalage de leurs talents, d'exprimer, en particulier à travers les arts plastiques, leurs souffrances et de libérer, par la même, leur esprit de la douleur, tout en se réconciliant avec eux-mêmes.

Elle démontre également combien l’art peut jouer un rôle essentiel en permettant à ces bénéficiaires de reprendre confiance en eux, de maintenir vive la flamme de l’espoir et de tisser de nouvelles relations sociales à même de faciliter leur retour à une vie normale, tout en faisant entendre leur voix à travers leurs créations artistiques.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, la présidente de l’Association régionale "Baraka Idman", Hanane El Moulahi, a précisé que ce festival intervient à l’occasion du premier anniversaire de l’inauguration de ce Centre d’addictologie par le Roi Mohammed VI, relevant que le nombre des bénéficiaires de la prise en charge médicale et sociale, assurée par le Centre depuis son ouverture jusqu’à décembre dernier, s’élève à 290 personnes addictives.

Mme El Moulahi, également présidente du pôle d'accompagnement social au Centre d’addictologie d’El Mellah, a ajouté que plus de 5.000 personnes, toutes catégories d’âge confondues, ont bénéficié aussi de séances de sensibilisation, menées chaque vendredi par une unité mobile au sein de la médina de Marrakech, et chaque mercredi dans les établissements scolaires.

Mettant en avant le bilan positif de l’action menée par le Centre au cours de cette première année, elle a fait part de l’engagement de son Association à veiller à pérenniser cette jeune manifestation afin de contribuer aux actions de lutte contre les conduites addictives et de prévention de la consommation de drogues, notamment dans les rangs des jeunes et des adolescents, tout en soulignant les efforts soutenus et la mobilisation constante du personnel de l’Association et du Centre pour mener à bien cette noble mission.

Cette cérémonie a été, en outre, agrémentée par des chants et des spectacles, interprétés notamment par des bénéficiaires de ce Centre, et qui véhiculaient des messages forts sur les souffrances des personnes addictives, notamment les jeunes et les enfants de la rue.

Outre cette exposition, le programme de ce festival prévoit des ateliers dédiés à la sensibilisation quant à l’importance de la protection de l’environnement, des actions d’embellissement du quartier El Mellah avec la participation des habitants et des séances de sensibilisation aux dangers que représente l’addiction à l’internet et aux réseaux sociaux.

Au menu figurent également une manifestation sportive féminine sous le signe "fille d’aujourd’hui, mère de demain" et des journées portes ouvertes pour la découverte de ce Centre d’addictologie, de ses prestations et de ses actions en faveur des personnes addictives.

Un séminaire marquant la clôture de cette première édition du festival sera organisé, le 29 courant, autour du thème "Le rôle de l’accompagnement social dans la réduction du fléau d’addiction", avec la participation d’experts, de spécialistes et d'acteurs associatifs.

Le Centre d’addictologie du quartier d’El Mellah, le deuxième du genre réalisé par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité au niveau de la ville de Marrakech après celui du quartier Guéliz, constitue un outil privilégié de soins, de sensibilisation, de diagnostic, de prévention et d’accompagnement psycho-social.

Il a été construit dans le cadre du programme national de lutte contre les conduites addictives mis en œuvre, depuis 2010, par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, en partenariat avec les ministères de la Santé et de l'Intérieur.

Ce programme national vise à prémunir les jeunes contre l’usage des substances psychoactives, à améliorer la qualité de la prise en charge des personnes addictives particulièrement les consommateurs de drogue, l’accessibilité aux structures de prise en charge, ainsi qu’à encourager l’implication de la société civile et des départements sociaux dans les problématiques de l’addiction.

A l'instar de ceux réalisés par la Fondation dans diverses villes du Royaume, le Centre d'addictologie d’El Mellah développe des actions de sensibilisation et de prévention contre l'usage des stupéfiants, assure la prise en charge individualisée, médicale et sociale des personnes souffrant d'un comportement addictif, et œuvre en faveur d'une implication effective des familles dans les actions de prévention.

Il a aussi pour objectifs la réinsertion sociale des personnes concernées, ainsi que l'encadrement et la formation des associations dans le domaine de la réduction des risques.

D’une superficie couverte de 460 m2, le Centre d'addictologie du quartier El Mellah comprend un pôle communautaire (bibliothèque, médiathèque, salle d’informatique, salle de sport, salle polyvalente, bureau associatif), et un pôle médical comportant des salles de soins, de consultation en médecine générale, de consultation en psychiatrie-psychologie, et de consultation en addictologie.